Actualités

PCL, une profession menacée

Expert-comptable : une profession condamnée … suite et fin ! (partie 3/3)

à changer … ou à disparaître !

Eurocontact Finance, spécialiste de la cession de cabinet d’expertise-comptable, apporte son éclairage sur les changements actuels et à venir qui impactent la profession comptable libérale (PCL). Des études et analyses ont permis d’établir un état des lieux de la PCL, faisant apparaître les opportunités et les leviers de croissance de la profession, ainsi que les risques correspondant aux différentes typologies de cabinets comptables. Pour conclure cette analyse, Eurocontact Finance s’intéresse aux nouvelles attentes auxquelles doit faire face la profession.

Des exigences qui évoluent

Les attentes du client, ou plutôt les exigences, évoluent vis-à-vis de la PCL. Le chef d’entreprise a deux préoccupations dominantes et permanentes quel que soit le contexte :

  • Comment développer mon entreprise : il s’agit là pour l’entreprise de « prise de marchés » ;
  • Comment augmenter mon Excédent Brut d’exploitation (EBE), en d’autres termes sa rentabilité.

Il existe bien entendu d’autres attentes, plus conjoncturelles et spécifiques à une situation. Celles-ci feront l’objet d’une expertise spécialisée de la part des professionnels.

La réponse aux deux préoccupations dominantes nécessite des expertises qui ne sont pas traditionnellement dans l’environnement technique de la profession comptable libérale.

Face à ces nouvelles exigences, la PCL doit s’adapter pour répondre à ces deux questions fondamentales si elle veut rester le conseil privilégié du chef d’entreprise, au risque de voir sa « place » prise par d’autres professions du conseil.

La PCL, un changement de statut

Face à ces nouvelles exigences, la profession est passée d’un statut de :

  • Production :  statut protégé d’interlocuteur privilégié et incontournable pour l’entreprise. Son objectif était une prestation de service (comptable/fiscal) avec les conseils qui les accompagnent, (conseil en gestion, financement, etc.) ;
  • Conseils : statut supplémentaire de conseil face aux contraintes administratives et fiscales avec une implication dans le conseil en patrimoine, en social, etc ;

Au un statut de :

  •  Business : production et conseil font désormais parti du passé, laissant place au statut « Business ». La mutation que doit engager la PCL est une véritable révolution culturelle avec la mise en place d’une stratégie conquérante et novatrice pour la profession. La PCL doit devenir un acteur opérationnel auprès de ses clients pour les assister au développement de leur « business ».

Et pour répondre à ces nouvelles exigences et à ce nouveau statut qualifié de « business »,  le cabinet de PCL doit engager 4 grandes actions :

  • Un inventaire du rapport  « attentes/environnement concurrentiel » ;
  • Une analyse des ressources et potentiels accessibles (en interne, en externe) ;
  • Des choix et des options prioritaires ;
  • Une mise en place d’un plan stratégique ;

La PCL connaît une profonde mutation. Elle oblige chaque cabinet à repenser son organisation et l’invite à s’adapter aux nouvelles attentes et aux nouveaux besoins de leur clientèle. Alors que pour certains professionnels, les changements opérés ou attendus sont perçus comme une menace mettant à l’épreuve la survie de leur cabinet, ils représentent pour d’autres l’occasion de voir évoluer leurs missions traditionnelles vers de nouvelles opportunités.

 

Autres articles

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>